Artisanat

La Valsesia est une vallée fermée à sol pauvre. Ses habitants, au fil des siècles, avec beaucoup d’esprit d’entreprise ont appris à travailler manuellement ce que le territoire offrait et ont exproprié leurs compétences dans des terres lointaines.

L’émigration a toujours été une prérogative des artisans de la vallée depuis le XVe siècle et les compétences artistiques acquises dans divers domaines, à partir du XVIe siècle, ont vu arriver les Valsésians dans toute l’Europe: Vincenzo Lancia de Fobello a fondé l’entreprise automobile homonyme, la famille Durio de Civiasco a excellé dans le secteur hôtelier en Espagne, la famille Axerio de Rima a fondé à Moscou une industrie florissante de marbre artificiel que l’on peut encore voir aujourd’hui dans de nombreux bâtiments, des habitants de Varallo ont apporté l’art du tissage et du commerce de la soie à Lyon et Pietro Rolandi de Quarona a ouvert une librairie à Londres fréquentée par des intellectuels du XIXe siècle.

Si l’on veut indiquer une «naissance» de l’artisanat artistique en Valsesia, elle peut certainement correspondre à la fin du XVe et au début du XVIe siècle avec la construction du Sacro Monte de Varallo, la Nouvelle Jérusalem des Alpes, qui a vu l’implication de maîtres constructeurs, de charpentiers, de forgerons et de décorateurs de cette région.

En 1831 est créée, à Varallo, la Société pour l’encouragement de l’étude du dessin en Valsesia, dans le but d’aider les jeunes de la vallée à exploiter leurs talents artistiques. Immédiatement après, en 1838, l’école Barolo a été fondée avec son atelier de sculpture sur bois.

La Società Operaia di Mutuo Soccorso (Société d’entraide ouvrière) se consacre toujours à la promotion et à la valorisation de l’artisanat valsésian, poursuivant l’œuvre entreprise en 1859 par la société historique du même nom à Varallo, dans le but initial de soutenir le bien-être matériel et moral des travailleurs.

L’artisanat valsésian a donc une longue durée de vie: les habitants de la Valsesia, ayant peu de voies de communication pratiques, ont dû subvenir à leurs besoins de façon autonome, et la «fermeture» de la vallée a permis de garder intact le fonctionnement sans influences extérieures: meubles et textiles faits à la main (chanvre, lin, soie et laine), travail du bronze (cloches de Valduggia et statues artistiques), fer forgé (Varallo possède de nombreux balcons artistiques faits à la main), le puncetto (dentelle), les scapin (pantoufles), la pierre ollaire d’Alagna et le tissage de paniers.

Aujourd’hui, certains de ces métiers ont malheureusement disparu, mais d’autres sont toujours très actifs, la boutique de l’artisanat de Varallo en témoignant.
Mains artisanalesPuncettoMarbre artificielScapin