Une journée à Varallo

Partons ensemble à la découverte de Varallo par un petit itinéraire: que faire et que voir en une journée dans la capitale historique et culturelle de la Valsesia.

Villas historiques et la Collégiale de San Gaudenzio

Partons de la promenade de l’Avenue Roma qui abrite de majestueuses villas du XIXe siècle accueillant aujourd’hui des organisations et des associations: Villa Virginia avec sa tour caractéristique et ses murs ornés de marbre artificiel de Rima; Villa Barbara avec son style légèrement mauresque et Villa Durio décorée à l’intérieur de stucs et de fresques. Presque au bout du boulevard bordé d’arbres, sur la gauche, l’ancien couvent des Ursulines nous amène vers la place Victor-Emmanuel II.

Votre regard est immédiatement attiré par la Collégiale de San Gaudenzio qui vous surplombe: construite sur un promontoire rocheux, on y accède par un imposant escalier qui vous conduit à la splendide loggia d’où l’on peut admirer d’un côté la place en contrebas avec le Théâtre Municipal et de l’autre, en levant les yeux au ciel, le Sacro Monte di Varallo.

L’ancien village commercial qu’était Varallo

Nous continuons le long de la rue Umberto I et nous tournons vers la rue Don Maio, ancien quartier de la Noblesse, pour arriver à la rue Calderini où nous trouvons le Palais des musées, siège de la Pinacothèque de Varallo et du Musée d’histoire naturelle de Pietro Calderini. Au bout de la rue, nous arrivons sur la place Ferrari où nous pouvons admirer l’église de Sainte-Marie-des-Grâces. Voulue par Bernardino Caimi (si, si le même Bernardino Caimi qui a conçu le Sacro Monte de Varallo), elle allie la simplicité franciscaine à l’architecture gothique, avec de grands arcs soutenant un plafond de poutres en bois apparentes. Et c’est là que nos yeux s’attardent sur le «Mur de Gaudenzi», l’un des plus importants témoignages de la Renaissance piémontaise: 21 personnages des fresques sur le mur de séparation divisant l’espace ouvert aux fidèles de celui autrefois réservé aux religieux, œuvre de Gaudenzio Ferrari de 1513. En quittant l’église, sur la gauche, ne manquez pas l’occasion de prendre le téléphérique le plus raide d’Europe qui vous mènera au Sacro Monte en 90 secondes. Pour les plus sportifs, un parcours piétonnier vous permettra aussi d’y parvenir en seulement 20 minutes.

Nous poursuivons ensuite notre itinéraire urbain en longeant la maison où Gaudenzio Ferrari a vécu quelque temps, avant de pénétrer dans les quartiers historiques, d’abord sur la place Ravelli (ancienne place de la Toile), puis sur la rue Albertoni (ancien quartier du vin), jusqu’à la place saint Charles, une petite place qui respire l’histoire avec une vue incomparable sur le Sacro Monte. C’est ici que se trouve la Maison-musée Cesare Scaglia.

Nous reprenons la rue Umberto I et passons devant la Boutique de l’artisanat et le Palais Racchetti, qui abrite aujourd’hui la bibliothèque municipale Farinone-Centa, et continuons à découvrir le quartier historique de la rue Alberganti (autrefois quartier du beurre). Ces ruelles étroites formaient le vieux centre-ville avec des rues commerciales qui portent encore les traces de l’ancien urbanisme: cours, portiques, fresques et balcons savamment travaillés.

Un peu plus loin, la vue s’ouvre sur le pont Antonini qui domine les eaux vertes du Mastallone. Nous le traversons pour découvrir Varallo Vecchio: le noyau originel de la ville.Après avoir traversé le pont, on peut voir sur la droite le palais Scarognini d’Adda, décoré de blasons nobles et qui abrite aujourd’hui leMusée de la pêche ainsi que des manifestations culturelles; sur la gauche, en revanche, se trouve l’église saint Jacques. En laissant l’église sur la droite, nous descendons le long de la promenade «El Raffa» qui nous permet sur quelques centaines de mètres de longer le Mastallone ou, mieux encore en été, de nous asseoir et de profiter d’un moment de paix sur la célèbre plage de Varallo.

Nous traversons à nouveau le pont et nous promenons le long de la rue Osella, construite en 1838 pour faciliter l’arrivée des charrettes dans le centre sans avoir à traverser les étroits quartiers historiques. Nous nous retrouvons donc sur la place Calderini et, sur la rue Draghetti, nous longeons les anciennes prisons monumentales pour entrer dans le quartier de Sottoriva, dont ses origines médiévales sont encore intactes. En prenant n’importe quelle rue en montée, après quelques pas, nous voici de retour sur la place Victor-Emmanuel II.

À l’extérieur du centre-ville

À l’extérieur du vieux centre-ville, Varallo abrite d’autres trésors: la chapelle de la Madone de Lorette, à la jonction avec la route menant à Civiasco, abritant de merveilleuses fresques de Gaudenzio Ferrari; l’église de saint Marc, l’une des plus anciennes de la vallée, et ses précieuses fresques de Giulio Cesare Luini; le Musée de l’énergie et l’ancien établissement hydrothérapique, clé de voute du tourisme élitiste de la Belle Époque, qui abrite aujourd’hui l’IPPSAR (institut professionnel des services d’hôtellerie et de restauration).

Cet itinéraire à la découverte de Varallo vous donnera d’innombrables aperçus du Sacro Monte et de l’architecture de l’époque, un panorama enrichi par les merveilleuses peintures murales artistiques qui font partie du projet WARAL Art Urban.

Êtes-vous tombés amoureux de la ville de Varallo? Suivez-nous ensuite à Alagna, où la nature et la tradition vous émerveilleront.

Sacro Monte de VaralloPont AntoniniWaral