Les Granges

Les Granges

"Terres d'eau”… avec quelle image plus réelle et suggestive pourrait-on décrire le territoire de la plaine de Vercelli? Cependant, lorsque l’on parle de "terres d'eau” on ne peut ne pas se souvenir d’une autre réalité fascinante, à celle-ci étroitement liée, dans laquelle se plonger; un milieu chargé d’histoire, d’art et de témoignages visibles aujourd’hui encore: les granges.

Les granges, littéralement "granai”, étaient d’anciennes habitations et des centres agricoles à l’intérieur desquels les frères convers, c’est-à-dire les moines cisterciens détachés du couvent, réalisaient des oeuvres de bonification sur une aire territoriale recouverte de forêt de plaine (dont le seul exemple qu’il reste est le Bosco delle Sorti della Partecipanza à Trino) afin de l’adapter en vue d’un emploi agricole. Les granges, qui se dressent dans la plaine de Vercelli, et plus précisément dans le coin de terre qui s’étend entre Trino, Crescentino et Larizzate, avaient pour point d’appui l'Abbaye de S. Maria de Lucedio: fondée en 1123, elle acquit tout de suite de nombreuses propriétés, chacune desquelles était à la tête d’une grange.

Les granges représentèrent un outil déterminant dans le processus de transformation d’une zone dans laquelle, jusqu’à l’an mille, les terres labourables n’étaient pas cultivées: quand un propriétaire terrien avait l’intention de transformer ses propriétés afin de les rendre productives, les abbés envoyaient un de leurs moines, appelé granciere, lequel dirigeait les travaux de bonification jusqu’à la fin du travail. Il est donc indéniable que l’activité menée par les moines dans la zone de Vercelli représenta un facteur déterminant pour la naissance et l’implantation, au cours des siècles, d’une vocation agricole et rizicole: en effet, ce furent les Cisterciens qui introduirent la culture du riz au XV ème siècle. L’abbaye de Lucedio possédait à elle seule 6 granges: Montarolo, Montarucco, Leri-Cavour, Castelmerlino, Ramezzana et Darola.


Itinéraire 1 – Trino: l'Abbaye de Lucedio

Appelée Principat de Lucedio à partir de 1875, l'ancienne abbaye, fondée en 1123 par les cisterciens sur volonté du marquis du Monferrat, qui leur octroya plusieurs terrains, connut au cours des siècles de nombreux changements de propriétaire, ce qui eut une grande importance dans sa division, devenue définitive en 1818, quand le Prince Camillo Borghese, beau-frère de Napoléon et à cette époque Gouverneur Général du Piémont, divisa la propriété en trois parties afin de la vendre. Maintenant, l'abbaye est une exploitation agricole moderne, mais, malgré cela, elle a su conserver le cadre médiéval qui la caractérisait, en se livrant au visiteur qui désire la découvrir dans toute sa splendeur. Une fois passée l’enceinte fortifiée, il est encore possible d’admirer l’église du peuple, l’église abbatiale, le singulier campanile octogonal dans la partie supérieure mais carré à la base et naturellement la salle capitulaire quadrilatérale, divisée par quatre colonnes, dont la visite ne peut pas ne pas susciter l’étonnement.


Itinéraire 2 – Trino: Cascina Darola

Située au nord de Lucedio, cette ferme vante de très anciennes origines. Donnée en 933 (quand elle était encore connue sous le nom de cour Auriola) par les rois d'Italie Hugues et Lothaire aux marquis du Monferrat, ces derniers la cédèrent ensuite en propriété à Lucedio en 1123: ce devint ainsi l’une des 6 granges de propriété de l'abbaye. Du point de vue structural, c’est un excellent exemple de ferme à cour fermée; le témoignage architectural du processus de fortification qui toucha Darola au XV ème siècle, est admirable, intéressant et encore bien conservé: il s’agit de la tour quadrilatérale à porte cochère d’origine, employée pour se rendre d’une cour à une autre.


Itinéraire 3 – Montarolo, Ramezzana, Castelmerlino, Leri et Montarucco

Appartenant jadis à Lucedio, ces granges se trouvent aux alentours du complexe rural. Alors que Ramezzana et Montarolo (cette dernière se situe en position panoramique, dans les environs du Sanctuaire de la Madonna delle Vigne) se trouvent au sud de Lucedio, Leri et Castelmerlino se situent dans la partie du territoire qui s’étend au nord-ouest de la principauté et correspondent aux propriétés de la famille Benso di Cavour, dont faisait partie le célèbre ministre Camillo Benso Comte de Cavour. De façon particulière, Leri représenta pour Camillo Benso un " bueno retiro”, un milieu où encore aujourd’hui on peut respirer l’ambiance du Risorgimento.


Itinéraire 4 –Le long de la "route des granges”

En suivant la route qui de Larizzate conduit à Crescentino, surnommée "route des granges”, on arrive à Lignana et à la splendide Tenuta Veneria: cet habitat rural, qui représente de façon exemplaire le modèle de la grande cour d’une seule exploitation, servit de décor au célèbre film néoréaliste Riso amaro du régiste Francesco De Santis. En poursuivant le long de la même route, on arrive à Castell'Apertole, un ensemble d’édifices que la famille Savoie avait fait construire en 1774 et destiné à l’élevage des chevaux. Dans les environs de Castell'Apertole se trouve Cascina Colombara, une exploitation agricole encore active et qui représente un autre splendide exemple de ferme à cour fermée et qui a su conserver et mettre en valeur ses décors d’origine. En poursuivant le long de la "route des granges”, avant d’arriver à Crescentino, on tombe sur San Genuario. Domaine agricole jadis siège d’une abbaye, San Genuario est certainement le plus ancien habitat monastique bénédictin à l’intérieur de la forêt de Lucedio. Malheureusement, il ne reste que peu de chose de l’ancien complexe et tout ce qui a subsisté en tant que témoignage de la structure d’origine a été englobé à l’intérieur de la Cascina Badia; la taille du Château est d’intérêt remarquable, il présente une merveilleuse tour circulaire entourée par une forteresse tandis que l’église abbatiale d’origine a été remplacée par l’actuelle église paroissiale du XVII ème siècle, laquelle a de toute façon conservé l’abside et le campanile de la première église. En poursuivant, on arrive à Trino, ancienne petite ville, avec son église de San Michele in insula. Le monument historique le plus important de ce centre est la paroissiale de S. Bartolomeo, réfection du dix-septième de l’église réalisée au XIII ème siècle et destinée à remplacer S. Michele.