Balade à Varallo

Balade à Varallo

TypologieItinéraires dans la ville

Difficulté: facile

Excursion à pied

Période recommandée: toute l'année

On arrive au Sacro Monte de Varallo en partant du centre historique de la ville. Il est possible de choisir entre l'ancien sentier ou le funiculaire dont l'arrivée se situe non loin de la place de la Basilique. Il est également possible d'emprunter la route qui porte au début de l'itinéraire. Inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2003, le Sacro Monte de Varallo est le plus ancien sanctuaire italien (1491) et compte 50 chapelles, 800 statues grandeur nature en bois et terre cuite polychrome, 4000 personnages peints à fresques représentant les scènes de la vie, la passion et la mort de Jésus. Le territoire du sanctuaire se dresse au cœur de la verdure de la Réserve Naturelle Spéciale du Sacro Monte, embrassant un paysage évocateur, sur le Mont-Rose et la vallée. Rêvé et conçu par le moine franciscain milanais Bernardino Caimi, le sanctuaire fut réalisé afin de permettre aux fidèles qui ne pouvaient pas se rendre en Terre Sainte de visiter les lieux et revivre avec émerveillement et émotion les événements de la vie du Christ en Palestine. Le Sacro Monte, dont chacune des chapelles est consacrée à un épisode des Évangiles, est divisé en deux parties bien distinctes : la première, en descente, serpente au cœur de la verdure et se concentre, dans l'ordre chronologique, sur les épisodes de la Bible relatifs à Adam et Ève et l'arrivée de Jésus à Jérusalem, tandis que la seconde, disposée comme une ville, occupe le sommet du Mont, avec des palais et des places ; les chapelles racontent les événements survenus à Jérusalem entre la Cène et la Résurrection, jusqu'à l'Assomption de Marie.

Lorsque vous aurez terminé de visiter le Sacro Monte, vous pourrez descendre à pied ou en funiculaire jusqu'à l'église de Santa Maria delle Grazie. Déclarée Monument national, elle fut bâtie entre 1487 et 1493 par volonté du père Bernardino Caimi. L'intérieur présente une structure architecturale dépouillée d'inspiration franciscaine. Au niveau artistique, la partie la plus importante de l'édifice est le mur peint à fresques en 1513 par Gaudenzio Ferrari représentant 21 scènes de la vie du Christ, et qui constitue une véritable séparation entre l'espace réservé aux moines par le passé et celui des fidèles. Les principaux épisodes des Évangiles y sont représentés, de l'Annonciation à la Crucifixion sans oublier la Résurrection du Christ. La balade continue en passant par la place Ferrari, sur laquelle se dresse le monument consacré à Gaudenzio Ferrari ainsi que la maison attenante, puis vous arriverez au palais des Musées (Palazzo dei Musei), du dix-neuvième siècle, qui accueille la Pinacothèque, le Musée Calderini et l'École Barolo, fondée en 1838 et consacrée à l'étude du dessin et de la sculpture au niveau amateur.

La Pinacothèque conserve des peintures piémontaises et de la Valsesia datant du XVe au XXe siècle, avec une attention particulière pour les artistes dont le travail fut lié, d'une certaine manière, au Sacro Monte. Au fil du temps, la collection s'est agrandie grâce à différentes donations et achats, si bien qu'à l'heure actuelle elle est composée de plus de 300 œuvres d'artistes de la Valsesia et d'ailleurs, ainsi que des sculptures en bois, terre cuite, bronze, plâtre, dessins, aquarelles et une nouvelle collection de majoliques italiennes constituée de 165 pièces, les plus anciennes datant du XIIIe siècle. Le Musée d'Histoire Naturelle Pietro Calderini (Museo di Storia Naturale Pietro Calderini) est consacré à l'histoire naturelle et géologique de Varallo et de la Valsesia ; il accueille des coléoptères, des pièces de paléontologie, d'ethnologie et d'archéologie. Votre balade dans le centre ville continue dans des rues caractéristiques, telles que la Via Don Maio, l'ancienne Contrada dei Nobili, la place San Carlo, la Via Orgiazzi - autrefois Vicolo del Vino - la Via Alberatone, la Via Alberganti - autrefois Contrada del Buro - pour déboucher sur l'ancienne Piazza della Tela, aujourd'hui place Ravelli. Ces rues, qui par le passé étaient des rues commerçantes, présentent encore une ancienne configuration urbaine, avec des cours, des arcades, des fresques et des balcons. En parcourrant la principale artère de la ville, on arrive à l'église collégiale de San Gaudenzio, bâtie sur un promontoire rocheux qui s'ouvre sur la place Vittorio Emanuele, rénovée. Pour se rendre dans l'église, entourée d'une galerie à 28 arcs, il faut gravir un majestueux escalier qui fut bâti à la même époque que celle-ci. L'édifice d'origine date du XIIIe siècle mais il ne reste de celui-ci que le clocher roman. L'intérieur baroque possède une nef unique et des chapelles latérales ornées d'œuvres picturales des XV-XVIIIe siècles.